LUANG PRABANG

Depuis le hublot, le Laos est apparu peu à peu à travers les nuages et dès notre arrivée à Luang Prabang, nous avons ressenti une extrême douceur. Les laotiens parlent quelques mots de Français et notre langue est un peu partout sur les panneaux. La ville est calme, sublime. Son architecture, ses petites rues verdoyantes, ses pagodes cachées brillantes. Tout est un régal pour nos 5 sens. Le night market et ses tonnes de tissus, les buffets à volonté et les boulangeries. Il flotte dans cette ville un doux parfum de France. Chaque coin de rue est photogénique et il est difficile de ne pas s'arrêter tous les cinq mètres pour admirer les bougainvilliers qui colorent la ville.

Ralentir le rythme pour profiter de la douceur de vivre est vite devenu une priorité. Nous avons passé 5 jours à Luang Prabang et nous serions bien restés un mois…

Entre deux journées de balade, nous avons loué un scooter et sommes partis découvrir le parc des magnifiques chûtes d’eau de Kuang Si. Le parc est immense et abrite un centre de sauvetage des ours d'Asie. Les animaux se prélassent au soleil sous le regard amusé des visiteurs... Ce parc offre un spectacle incroyable de couleurs !

MUANG NGOI & NONG KHIAW

En arrivant par le bateau à Muang Ngoi, on imagine pas qu’il puisse y avoir autant de touristes français dans un si petit village. Je dois avouer que nous avons été un peu déçu et nous sommes très vite revenus à Nong Khiaw pour profiter à nouveau du calme. 

 

Pourtant, nos balades dans les petits villages aux alentours de Muang Ngoi, nous ont permis d’en apprendre davantage sur la vie des laotiens. Nous avons assisté aux préparatifs de funérailles, à la collecte de scarabées, à la fabrication des pièges à poissons… et puis, la vie aux abords de la rivière Nam Ou, peut révéler de beaux secrets…

Nong Khiaw offre de très beaux points de vue et possède un léger charme, ses sentiers poussiéreux, la rivière qui serpentent parmi les monts karstiques, les habitants occupés à vivre… Les journées semblent s’éterniser, à l’ombre des palmiers, dans le balancement du hamac…

Sur la route pour VANG VIENG, je prends conscience qu’il existe 50 nuances de vert…

 

Les rizières qui s'habillent plant de riz après plant. Les enfants qui courent nus dans la glaise...

les vaches le long des routes. Le col et ses montagnes qui se dessinent

et s'estompent aussitôt dans la brume.

Un court d'eau et sa micro jungle dans la lumière dorée...

comme un doux émerveillement. 

 

Je cligne des yeux devant les instants de vie qui défilent à travers la fenêtre...

ceux que je ne peux pas capturer parce qu'ils sont déjà passés mais que j'espère ne jamais oublier... ces instants si précieux parce qu'ils sont l'âme et l'essence de ce pays. 

Je n'ai pas quitté la route des yeux depuis plusieurs heures...

le soleil descend doucement derrière les montagnes...

la journée s'achève... j'aimerais que le temps s'arrête à l'entrée d'un village

mais j'ai la certitude que demain sera tout aussi merveilleux. 

VANG VIENG

Cette ville nous a offert un moment vraiment féerique. Elle est un pantone de couleurs. Vang Vieng à mauvaise réputation, mais elle offre des instants à couper le souffle. 

 

Sur la route pour le « blue lagoon »,  3 petites chipies se sont accrochées à nos baskets… très intéressées par le contenu de nos poches, elles nous ont finalement emboité le pas jusqu’à cette sublime piscine naturelle. Des cris, des rires, des embarcations de fortunes, une leçon de paddle et des bouées en chambre à air… Et puis, leur sourire immense lorsque nous avons finalement ouvert le paquet de cookies.